Réussite du projet de restauration d’îles de l’archipel Actéon et Gambier

Cinq îles éloignées de Polynésie française ont retrouvé leur caractère originel pour quatre espèces d’oiseaux parmi les plus rares au monde. Suite à un programme audacieux de dératisation (voir la lettre d’information d’octobre 2015), ces îles de l’archipel Actéon et Gambier sont maintenant libres de prédateurs introduits, après deux ans d’efforts considérables déployés par une équipe internationale de conservation. Résultat : ces oiseaux qu’on ne trouve nulle part ailleurs, ainsi que la faune et la végétation endémiques montrent des signes de meilleure santé.

La Gallicolombe erythroptère (Alopecoenas erythropterus, appelé localement Tutururu) est un des oiseaux les plus rares du monde, avec moins de 200 individus survivants dans les Tuamotu. Jadis, l’espèce était largement distribuée dans les archipels du Pacifique. La prédation et la compétition engendrées par la présence de mammifères introduits ont entraîné cette espèce au bord de l’extinction. Il en va de même pour bien d’autres oiseaux endémiques à l’instar de la Gallicolombe, considérée « en danger critique d’extinction » sur la Liste rouge mondiale de l’UICN et signalant un risque extrêmement élevé d’extinction dans les années à venir.

(…)

BirdLife International, SOP Manu – Société d’Ornithologie de Polynésie et Island Conservation ont mutualisé leurs efforts en 2015 pour restaurer les îles de l’archipel Tuamotu en y éliminant les prédateurs introduits. Cette opération a bénéficié du soutien du gouvernement de Polynésie, des propriétaires, de plusieurs contributeurs partenaires et surtout de l’implication des bénévoles qui se sont joints aux opérations de terrain.

Communiqué de presse de la LPO

 

Crédit photo : Fred Jacq

Nous contacter

Pour plus d'information sur l'initiative, n'hésitez pas à nous écrire.

Illisible ? Changez de texte captcha txt