Le Varroa destructor détecté à La Réunion

La Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DAAF) et le Groupement de Défense Sanitaire (GDS) ont confirmé la présence du Varroa destructor à La Réunion. Découvert à Saint-Denis dans un rucher sentinelle, l’acarien est désormais officiellement dans l’île. Au 30 Juin 2017, 211 ruchers ont été visités par le GDS. 133 étaient sains, 78 étaient contaminés par le varroa.

La colonisation de l’île par le varroa est une mauvaise nouvelle pour les abeilles et les apiculteurs. Il est l’une des principales causes de la diminution du nombre d’abeilles dans le monde. Les conséquences économiques et environnementales peuvent être importantes.

C’est également une mauvaise nouvelle pour les écosystèmes naturels et cultivés de l’île, car l’abeille indigène de l’océan Indien, Apis mellifera unicolor, joue un rôle dans la pollinisation des espèces végétales indigènes et cultivées.

Des mesures de lutte sont en cours. Le réseau d’épidémiosurveillance SEA reste actif et augmente la taille de son réseau sentinelle pour étudier la zone de distribution de l’insecte. Les programmes de recherches sont également renforcés. Dans une communication commune, le GDS et le Cirad rappellent l’importance de ne pas importer d’abeilles et de pérenniser ce réseau afin de maintenir la vigilance car « trois autres agents pathogènes majeurs sont absents de l’île » : un autre acarien, le Tropsilaelaps sp, le petit coléoptère des ruches (Aethina tumida) et la bactérie Paenibacilius larvae agent de la loque américaine.

Source : http://www.agriculture-biodiversite-oi.org

Nous contacter

Pour plus d'information sur l'initiative, n'hésitez pas à nous écrire.

Illisible ? Changez de texte captcha txt