Echange d’expérience entre Ua Huka et Ouvea

Fin août 2015, les îles de Rimatara et Ua Huka accueillaient deux chiens capables de détecter les rats afin de renforcer la biosécurité de ces îles. Celles-ci sont encore indemnes de rats noirs et hébergent deux oiseaux parmi les plus menacés de Polynésie française, le Lori de Kuhl (Vini kuhlii) et le Lori ultramarin (Vini ultramarina).

L’arrivée de ces chiens s’inscrit dans un programme plus large de biosécurité conduit depuis plusieurs années par la Société d’Ornithologie de Polynésie française et deux associations locales, Rima’ura et Vaiku’a i te manu o Ua Huka, et qui comprend : – la pose régulière de pièges pour vérifier que ces îles sont toujours indemnes ; – l’entretien de 30 stations de dératisation autour des quais et de l’aéroport pour éviter toute invasion ; – l’inspection des marchandises importées sur l’île.

L’Association pour la Sauvegarde de la Biodiversité d’Ouvéa (ASBO) a été très intéressée par ce programme car eux-mêmes se trouvent dans des conditions très similaires : une île indemne de rat et un oiseau unique au monde, la perruche d’Ouvéa.

Grâce à un financement du programme INTEGRE, l’ASBO est allé à la rencontre de Dora, un des deux chiens, et des habitants de Ua Huka et a affiché sa volonté de suivre la voie ouverte en protégeant bientôt Ouvéa du Rat noir grâce à un chien détecteur. Leur volonté de sauvegarder leur île a renforcé la détermination des habitants de Ua Huka à protéger la leur. Un projet de jumelage entre Ua Huka et Ouvéa est à l’étude.

Contact : Marie Fourdrigniez (Groupement espèces envahissantes de Polynésie française)

Articles récents
Nous contacter

Pour plus d'information sur l'initiative, n'hésitez pas à nous écrire.

Not readable? Change text. captcha txt
0